Maison des Réseaux de Santé Isère

Projet Territorial de Santé Mentale de l’Isère

04 Octobre 2019

 

Afin de lancer la seconde phase du PTSM de l’Isère qui consiste à élaborer des actions concrètes en réponses aux problématiques identifiées, des journées de lancement  du PTSM se dérouleront prochainement sur 3 territoires isérois.

 

Le programme : (uniquement sur inscription)

09h00 : Accueil des participants
09h30 : Introduction
10h00 : Présentation du diagnostic territorial partagé
12h00 : Déjeuner libre (repas non compris)
13h30 : Groupes de travail autour des trois thématiques prioritaires
17h00 : Fin de la journée

 

Le 15 octobre 2019 sur le territoire de Vienne

 

Le 05 novembre 2019 sur le territoire de Bourgoin-Jallieu

 

Le 13 novembre 2019 sur le territoire de Grenoble

L’après-midi, les groupes de travail débuteront à 13h45 : les inscrits seront répartis dans des salles à proximité du Musée de Grenoble.

 

 

Pour rappel, à l’issue de l’analyse de paroles d’acteurs en santé mentale (professionnels, usagers et familles), recueillies par l’intermédiaire d’entretiens individuels, collectifs et d’une plateforme de contribution, 3 priorités d’action ont été identifiées sur le territoire de l’Isère.

 

 

Les CMP ont clairement été identifiés par les professionnels et usagers comme l’acteur principal de l’offre de soin publique, gratuite et de proximité en santé mentale. Structure pivot des soins sectorisés, bénéficiant d’une forte visibilité, les acteurs ont exprimé de fortes attentes quant à leurs missions et leurs fonctionnements. Quelle cohérence entre les missions des CMP et les attentes exprimées par les acteurs ? Quelle place le CMP occupe-t-il dans la cohérence des autres réponses existantes en ambulatoire ?

 

 

 

Nombreux sont les acteurs (entourage ou professionnels) ayant exprimé des difficultés à savoir qui interpeller ou quelle conduite tenir dans des situations où ils identifient une souffrance psychique chez une personne qu’ils connaissent ou rencontrent pour la première fois. Comment agir en amont, pour éviter le passage aux urgences et anticiper la crise quand cela est possible ? Quelle réponse aux acteurs de tous champs (famille, proche, pompier, infirmière scolaire, professionnel de l’université, médecin généraliste, assistante sociale, bailleur…) identifiant une problématique de santé mentale, chez une personne, adulte, enfant, âgée… en capacité ou non d’exprimer une souffrance psychique ?

 

 

 

Les acteurs ont souligné la nécessité de travailler à renforcer le pouvoir d’agir des personnes dans leur parcours de santé. Comment développer la prévention en santé mentale, développer les pratiques orientées rétablissement, la pair-aidance, l’éducation thérapeutique du patient ? Comment œuvrer aux renforcements des compétences psychosociales dès le plus jeune âge et tout au long de la vie ? Comment accompagner l’appropriation des guides de bonnes pratiques, des recommandations en santé mentale ?

 

Une priorisation nécessaire qui ne met pas de côté les autres problématiques identifiées. Ces trois priorités sont un premier pas pour amorcer des synergies entre acteurs et élaborer des réponses adaptées aux attentes au plus près des territoires.

 

Usagers, bénéficiaires de soins, représentants d’usagers, aidants, familles, proches, professionnels du social, médico-social, sanitaire, salariés ou libéraux, élus, professionnels de l’éducation nationale, de l’Université, acteurs de la prévention, du logement…

Tous les acteurs des parcours en santé mentale sont invités à participer !

 

   Pour plus d’informations :